solides_de_Platon

  

Me revoici devant Ptahhotep dans son laboratoire.

" Je t'ai déjà expliqué, dit-il, que toute manifestation du monde visible est animée par la force originelle qui veut que tout aspire à retourner à l'unité et qui se traduit par la force d'attraction entre les deux moitiés complémentaires positive et négative. Tu es là devant moi parce que la force de l'attraction terrestre garde ton corps ici. Sans elle et comme tout ce qui n'est pas solidement enraciné, tu serais tombée dans l'espace depuis longtemps déjà et même le corps énorme de la terre se serait disloqué. La force qui maintient la terre et toute la matière qui se trouve dans son atmosphère n'appartient pas à la terre elle-même mais, de son centre, agit sur la planète. Si la matière n'opposait aucune résistance et cédait à cette force, l'immense masse de la terre avec tout ce qui vit à sa surface disparaîtrait en son centre. Mais où ? Réfléchis un peu !

 

" Approche, mon enfant, je vais te le montrer: si je pose divers objets sur cette table, qu'à chacun j'attache un fil, que, réunissant ces fils, je les fais passer par le trou percé au milieu de la table, et que, depuis dessous la table, je tire ces fils, tous les objets vont être attirés vers le centre et disparaître à condition qu'ils soient plus petits que le trou. Et où disparaissent-ils ? Ils vont vers le point d'où la force agit, n'est-ce pas ? Mais d'où provient la force du centre de la terre, cette force qui attire tout en elle ? Peux-tu me répondre, mon enfant ? "

 

Pendant un instant, je réfléchis puis réponds : " La terre est reconnaissable. Si tout ce qui est visible ne l'est que parce qu'il s'est séparé du "Rien-Tout", que cette séparation n'est qu'apparente puisque la moitié complémentaire est restée dans le non-manifesté, la terre doit donc aussi y avoir la sienne ; la force qui attire la terre et tous ses êtres vers le centre doit être ce désir de réunion entre la terre et sa moitié complémentaire restée dans le Rien comme reflet négatif. La force d'attraction terrestre attire donc toute la terre dans le Rien qui est au-delà du temps et de l'espace pour parvenir à cette réunion. Et si la terre cédait, elle disparaîtrait dans le centre, dans le Rien. Cela signifierait alors le retour à l'unité paradisiaque, à Dieu, à la félicité ! Et pourquoi cela ne peut-il être, Père ? "

 

force_d_attraction


 

" Mon enfant, l'obstacle est la résistance de la matière ! Aucune création n'est possible sans résistance ! C'est la force de résistance de la matière qui empêche la terre et toute la création de disparaître, d'être détruite. Toute chose qui apparaît dans le monde visible est tombée d'un point de l'univers qui est alors devenu son propre centre. La chute en a fait de la matière. Et maintenant, elle ne peut retourner à l'unité divine car sa propre résistance l'en empêche. Un retour à l'unité divine, paradisiaque, à Dieu, n'est possible que par la spiritualisation de la matière, que lorsque la matière se transforme en esprit. Sans aide spirituelle, la matière ne pourrait jamais devenir esprit par elle-même. C'est pourquoi un aspect de Dieu descend dans la matière, prend l'apparence et les propriétés de cette matière, l'anime en sa qualité du Soi afin de permettre la spiritualisation, le salut.

" L'effet que ce Soi vêtu de matière exerce constamment au cours des temps depuis le centre de toute chose créée sur la structure la plus intime de la matière a conduit au développement de toutes les formes existant à chaque échelon de l'échelle de l'évolution.

C'est ainsi que chaque créature fut créée, du protozoaire à la manifestation la plus élevée.

 

le_Soi

l'Homme de Léonar de Vinci

 

 

" Sur terre, la créature la plus élevée est l'être humain. Sa mission est de parfaire la spiritualisation de la matière, travail auquel tout être vivant participe dans la mesure de son développement. Chaque être humain qui, de l'état d'identification avec son corps, se transforme, s'éveille en son esprit et, dans sa conscience, s'identifie enfin au Soi divin, celui-ci a accompli sa mission ! Il a spiritualisé un morceau de la terre. Il a fait progresser la terre d'un pas vers sa rédemption. C'est alors qu'il peut coopérer au salut des autres.

" Maintenant, tu sais pourquoi tu peux te tenir debout devant moi. Parce que le Soi de la terre, qui est en même temps le nôtre, aime la terre et tous ses êtres vivants, les attire en lui, dans l'unité divine, pareil à l'époux qui veut s'unir à son épouse. Cette volonté, cette aspiration à la fusion, caractéristique de toute expression d'amour, se traduit en tout, donc aussi dans notre corps, par le poids !

" Cette force que nous appelons poids agit partout dans la nature et, lorsque nous construisons, nous devons compter et travailler avec elle, jamais contre elle. Lorsque nous la prenons en considération, elle nous aide à préserver nos édifices pour une longue période. Si nous voulions construire sans respecter les lois de ces forces, tout s'effondrerait bien vite.

 

balance_Roberval

balance Roberval

 

 

Il te suffit de comprendre que les résultantes des forces de la forme des pyramides sont les plus favorables pour résister aux attaques du temps et des forces de la nature.

 

pyramides_de_jour

 

" Les pyramides - la grande en particulier - sont construites d'après diverses lois mathématiques et astronomiques afin de servir également d'horloge et de calendrier. Tu apprendras ces lois une autre fois. En outre, le fait que les surfaces latérales s'élèvent de leur base à un angle de 51 permet aux pyramides de refléter les rayons du soleil et de les projeter loin dans la mer et le désert.

 

pyramide_angle_51_51

 

la grande Pyramide a un angle de 51°51

 

 

Elles font ainsi également office de phares. Toutes les lois sur lesquelles elles ont été construites ainsi que l'histoire de ceux qui les ont édifiées sont tracées sur les plaques de céramique les recouvrant. Et lorsque les fils des hommes en auront déchiffré l'écriture, ils connaîtront toutes ces vérités, les lois mathématiques et astronomiques, les mystères des pyramides et toute notre science. Mais au cours des heures sombres de la terre, ces écrits disparaîtront et les fils des hommes devront découvrir toutes ces vérités par eux-mêmes.

 

 

" Mais, toi, tu dois apprendre la loi du monde de trois dimensions qui est basée sur la loi de l'esprit et ne pourrait exister sans elle.

" Comme la source de toute sagesse, de toute manifestation est l'ÊTRE éternel, Dieu, que Dieu reste dans le non-manifesté au-delà du temps et de l'espace et que ce ne sont que ses manifestations qui apparaissent dans le monde de trois dimensions, nous devons commencer par Dieu si nous voulons comprendre correctement ces lois. Mais en parlant de Dieu, nous nous heurtons toujours à la même difficulté : Dieu est au-dessus du monde visible et chaque créature ne peut appréhender Dieu que dans la mesure de ses propres moyens, de sa faculté de LE manifester et de LE réaliser. C'est-à-dire : jusqu'à quel degré elle peut être Dieu ! Dieu vit en tout et tout vit en Dieu. Pourtant, seul celui qui est devenu Dieu, ou qui n'a jamais quitté Dieu, peut LE comprendre dans son essence parfaite. Dieu ne peut être compris que par Dieu !

 

 

oeil_de_Dieu_vitrail

l'Oeil de Dieu et le Poisson symbole du Christ et du Sacrifice

 

" Le fait que même l'homme le plus primitif a sa propre conception de Dieu prouve que la conscience de Soi divine est en lui, même si ce n'est qu'à un degré moindre et de manière obscure. Mais, devenir conscient en Dieu, comprendre Dieu entièrement et être Dieu signifie devenir pleinement un avec son propre Soi divin, le Dieu en Soi. C'est facile à dire mais très difficile à réaliser ! Car, par le fait même que l'homme est sorti de son état de conscience de Soi divine, il ne peut imaginer Dieu que selon sa propre conception toute personnelle.

Comment peut-il savoir ce qu'est la divinité réelle et vivante dans sa perfection alors que sa faculté d'imagination ne correspond qu'à un degré personnel séparé et isolé de l'unité ?

Comment le fini peut-il saisir l'infini, le temporel l'éternel, le mortel l'immortel, comment le faux-semblant peut-il comprendre l'ÊTRE éternel, authentique, Dieu, Le vivre, Le réaliser en soi et devenir identique avec Lui ?

" Et pourtant, l'homme doit L'atteindre ! L'éternel désir, la nostalgie inassouvie, l'aide et le propulse dans la direction de son Soi divin. Son intellect - le don de Dieu le plus grand mais aussi le plus dangereux - jette un pont sur l'abîme apparemment infranchissable entre le personnel-mortel et l'impersonnel-immortel. C'est l'intellect qui a fait succomber l'homme à la tentation de séparer sa conscience de l'unité mais c'est également lui qui lui donne la possibilité de retourner à cette unité avec une conscience de soi complète. Son intellect lui permet de comprendre les vérités et quand il les a comprises, il va chercher, tenter et essayer jusqu’à ce qu'un jour enfin il trouve le chemin unique vers la réalisation de son Soi.

 

_chelle_de_Jacob_fresque

le songe de Jacob

 

 

" Réaliser veut dire : être quelque chose. Car tant que l'on pense à, ou parle de quelque chose, on n'est pas cette chose. Tu peux penser à un chat ou à un lion. Mais cela ne signifie pas pour autant que tu les réalises : que tu es devenue un chat ou un lion. Tu peux réfléchir à toi-même sans être toi-même, sans être ton Soi divin et créateur! Penser à quelque chose, c'est en être séparé. Même si tu n'émets qu'une seule pensée, toi, le penseur, n'es relié à l'objet de ta pensée, le pensé, que par l'action de penser, mais tu n'es pas identique à lui. Tu n'es pas encore ce qui est dans ton intellect. En fait, l'intellect t'appartient, c'est un instrument merveilleux, un miroir dans lequel tu peux tout projeter et reconnaître. Mais ton intellect n'est pas toi! Il est extérieur à ton Soi. Par conséquent, ce que tu peux faire à l'aide de ton intellect n'est pas toi-même, ce n'est pas une réalisation.

 

" Quand un homme cherche Dieu hors de lui-même, il va souvent, même constamment, "penser" à Dieu, "prier" Dieu, "aimer" Dieu de tout son être. Mais tout cela ne le rend pas identique à Dieu. Car en cherchant à l'extérieur, l'homme ne trouve jamais Dieu !

Le créateur en l'homme est son propre Soi dont la dernière manifestation, la plus éloignée de son centre, est le petit "je", la petite conscience personnelle. Le "je" personnel en lui est l'image de Dieu reflétée par la matière, dans le corps. Aussi, lorsque l'homme veut rétablir son identité avec Dieu, il doit suivre le même chemin avec sa conscience : partant de son "je" personnel, il doit faire pénétrer sa conscience toujours plus profondément en lui-même, se tourner vers son Soi authentique, vers son Créateur, jusqu'à ce qu'il se reconnaisse consciemment en Lui. Cela signifie que, dans cet état, ce n'est pas la créature, la personne, qui se reconnaît puisqu'elle n'a pas d'existence réelle et qu'en sa qualité de simple apparence elle ne peut avoir de conscience ni de connaissance de soi, mais c'est bien le Créateur qui se reconnaît lui-même dans la créature, dans la personne. C'est là le seul moyen de faire cesser la séparation, quand la conscience retrouve l'unité, quand le "penser à soi" cesse pour devenir "être soi-même", la connaissance de soi. Dans cet état, le connaisseur, le connu et la connaissance ne forment plus qu'un seul et unique sujet: le Soi, le Créateur se reconnaît en lui-même !

 

Dieu_int_rieur

l'Homme dieu déployant tous ses chakras

 

 

" C'est ainsi seulement que l'homme peut faire l'expérience de Dieu, vivre Dieu. C'est la résurrection !

Dans cet état, il reconnaît que son propre Soi l'a créé et le crée constamment, donc que son Soi est son propre créateur, que ce même et unique Soi est le Créateur de l'univers tout entier. Dans sa reconnaissance de soi divine, dans sa conscience de soi, il fait en même temps l'expérience de la conscience du Tout créatrice et cosmique. Et en se reconnaissant, il parvient à la connaissance du tout: l'omniscience !

" Cet état divin dans lequel le Créateur se reconnaît lui-même peut également s'exprimer par des nombres :
" Dieu reposant en lui-même est un en trois et trois en un.
" Un et trois représentent une unité pas encore séparée.

 

Trinit__3_cercles

 

 

" Dans le domaine de la géométrie, la forme du triangle équilatéral symbolise l'image de Dieu dans laquelle le connaisseur, le connu et la connaissance sont un : un en trois et trois en un.


 

triangle_de_Dieu_vitrail

le Triangle divin

 

 

Chaque forme est la manifestation de la force qui l'a causée ; conséquemment, chaque forme est l'image de la force créatrice qui l'a construite et qui l'habite. Le divin dans son état originel reposant en soi-même se manifeste toujours dans la forme du triangle. Celui-ci porte en soi l'harmonie parfaite, l'équilibre parfait car la distance qui sépare ses trois sommets est égale. Par contre, lorsque l'aspect de Dieu reposant en soi-même sort de l'état qui est au-delà du temps, de l'espace et des dimensions pour entrer dans celui de trois dimensions et devenir ainsi un aspect créateur de Dieu, il se manifeste toujours dans le nombre quatre. Tant que les nombres un et trois forment une unité dans la divinité, ils restent trois en un et un en trois.

Mais lorsqu'ils émergent de l'état d'unité divine, ils se séparent et, de "un en trois" deviennent "un et trois", ce qui donne quatre. Le triangle équilatéral contient, caché en soi, quatre, triangles équilatéraux.

 

triangle_pyramide

triangle et tétraèdre déployé

 

tetrahedron

 

 
" Cette loi recèle le secret du nombre clé du monde de trois dimensions,
le nombre sept.

 

nombre_7_en_couleurs

 

 

arc_en_ciel_grand

arc en ciel, les sept couleurs du prisme

 

couleurs_et_correspondances

quelques correspondances du septénaire

 

 

" Essaie d'imaginer comment la première énergie de manifestation est sortie d'un état sans dimension pour entrer dans celui des trois dimensions. Ferme les yeux et je vais projeter cette vérité dans ta conscience. "

Je fais ce que Ptahhotep m'ordonne et tourne mon attention vers l'intérieur. Tout à coup, je vois un point et j'entends la voix de Ptahhotep : " Pour qu'une force puisse quitter un état sans dimension et se manifester, elle a besoin d'un point de départ: • Le point est sans dimension, il n'est pas encore sorti de l'unité mais il est nécessaire à la manifestation. Le point étant composé d'un seul facteur, il porte en soi le nombre de l'unité,le nombre un.

 

point

le symbole parfait du point est le Soleil

 

 

 

" Lorsque la force dont la manifestation première fut le point surgit de l'état sans dimension et agit pendant un certain temps, le point va se mouvoir et devenir une ligne:_______________ ."

 

Je vois en moi comment le point devient peu à peu une ligne et Ptahhotep poursuit : " La première dimension, la longueur, est ainsi née. En soi, la ligne est infinie et, en sa qualité de première manifestation, elle est aussi représentée par le nombre un. Mais, dans le monde des manifestations où tout a un commencement et une fin, la ligne comprend trois facteurs : le point de départ, le point final et la distance entre les deux. La ligne porte donc en elle le nombre trois, le nombre clé du monde à une dimension.

 

point_A_et_point_B

 

 

" Tu as dû remarquer qu'il n'existe aucune possibilité de manifester ni de trouver le nombre deux dans une unité. Car, après la première manifestation du point qui ne porte en lui qu'un seul facteur, on trouve immédiatement après trois éléments, sans passer par le nombre deux. Dès que du point émerge une ligne, si courte soit-elle, elle nous donne le nombre trois. La ligne à l'infini est et demeure le nombre un; mais si elle a un commencement et une fin, elle porte automatiquement en elle le nombre trois.

" Une scission de l'unité est nécessaire pour donner naissance au nombre deux. Le nombre deux ne peut naître que de la juxtaposition de deux unités. Mais comme rien n'existe en dehors d'elle, l'unité doit projeter hors d'elle un reflet dont le résultat est une scission, une séparation qui signifie sa mort. C'est pourquoi on parle d'un dédoublement de l'âme, de la personnalité. Dans toutes les langues, on trouve le nombre deux pour exprimer cet état.

 

 

" Voyons maintenant comment la deuxième dimension naît de la première. La ligne est composée d'une série de points.

 

ligne_s_rie_de_points

 

 

A supposer que l'énergie créatrice agisse dans chacun de ces points avec la même force et pendant la même durée, tous ces points vont sortir d'eux-mêmes pour entrer dans la deuxième dimension. Une ligne naît de chacun de ces points et la totalité de ces lignes forme une surface : un carré.

La deuxième dimension, la largeur, est ainsi née.

Le carré est quatre en un et un en quatre, donc cinq éléments : les quatre lignes manifestées : ligne de départ, ligne terminale, lignes latérales droite et gauche et le cinquième facteur : la surface non manifestée comprise entre ces lignes. Le nombre clé du monde de deux dimensions est le nombre cinq.

 

 

croix_grecque

 

croix_des__l_ments

les cinq Eléments de la Nature

 

 

 " Mais les forces créatrices continuent d'agir. Une surface est aussi composée de points et si la même force agit depuis chacun de ces points pendant une même période, ces points émergent dans la troisième dimension et le cube naît de la surface.

La troisième dimension, la hauteur, est ainsi née.

 

longeur_largeur_hauteur

 

 

 

carr__2D_et_3D

 

 


Le cube est six en un et un en six. Il est donc composé de sept éléments : les six surfaces manifestées et le septième non manifesté :
le volume. Le nombre clé du monde de trois dimensions est le nombre sept.

 

cube_rubik_s

Rubik's cube, couleurs primaires bleu, jaune, rouge

 

 

hexahedron_anim_

 

 

 

cube_d_ploy_

cube et cube déployé


 

 

" Comme tu le constates, le cube représente la forme de base de la matière. Les différents cristaux suive ni cette loi et tu trouves en eux la forme même du cube comme dans le sel par exemple - ou les éléments de base du cube sous divers aspects et variations.

 

cristaux_de_sel

cristaux de sel cubiques

 

 

En étudiant les caractéristiques du cube, tu vas également apprendre les lois des variantes.

 

cube_variante

 

 

" Partant d'un sommet du cube, essaie de trouver un plan dans lequel toutes les dimensions du cube solo manifestées. Si tu ne fais que le trancher, tu n'obtiens qu'une surface, que deux dimensions. Pour obtenir un plan comprenant les trois dimensions, nous devons couper le cube obliquement depuis l'un de ses sommets vers les deux autres qui lui sont opposés. Ainsi, un coin du cube est sectionné.

Si nous continuons de cette manière, nous coupons  les quatre coins du cube et, de ce cube, il restera une forme totalement différente : le tétraèdre composé de quatre triangles équilatéraux.

 

triangle_variante

 

 

" Tu vois que le cube recèle une forme qui dépend (le lois tout à fait autres que celles qui régissent le cube puisqu'elle n'est pas composée de carrés mais bien de triangles. Si nous mettons à plat ces quatre triangles, nous obtenons un seul triangle équilatéral, la représentation symbolique de Dieu.

" Pareil au triangle équilatéral qui forme son manteau, le tétraèdre est l'incarnation de l'harmonie et de l'équilibre. Comme chacun de ses sommets est à égale distance de l'autre, il n'y a aucune tension en lui, mais un état de repos équilibré. Par contre, les sommets du cube comme celui du carré sont à des distances différentes les uns des autres, ce qui signifie qu'il existe dans l'un comme dans l'autre un état de tension qui subsistera toujours. La matière du monde de trois dimensions s'édifie sur la forme du cube, mais elle cache en elle celle du tétraèdre construit sur l'équilibre divin. La matière ne peut exister sans le contenu divin.

 

" Le monde de trois dimensions tout entier est édifié selon cette même loi, que la forme concernée soit composée de matière "inanimée" ou non, c'est-à-dire un être vivant. Car qu'il s'agisse d'un minéral, d'une plante, d'un animal ou d'un être humain, tous ont un corps soumis aux lois du monde de trois dimensions. Mais dans ce corps se trouve, caché et invisible, le Soi supérieur et divin, la vie, l'ÊTRE éternel.

Seul l'être humain est capable de manifester son Soi supérieur, donc Dieu, par ses pensées, ses paroles et ses actes s'il n'identifie pas sa conscience avec son corps mais bien avec le contenu spirituel de celui-ci, avec son Soi. Tant que l'homme s'identifie avec son corps matériel, il est comme un cube opaque qui ne révèle que les caractéristiques de la matière, gardant le divin-créateur à l'état latent, dans le non-manifesté, ne laissant pas soupçonner qu'il est habité parle tétraèdre si différent de lui, par le Soi divin !
Mais celui qui n'utilise son corps, ses pensées, ses paroles et ses actes que pour manifester le divin-créateur, qui laisse donc les caractéristiques de son existence corporelle - sa personne - dans le non-manifesté, celui-ci est un cube taillé dont les coins sont retournés vers l'extérieur, dont le contenu est visible et qui, de cette manière, montre ses triangles intérieurs qui sont les triangles équilatéraux dit tétraèdre divin.

" La forme carrée matérielle ne représente pour lui que la base solide dans le monde de trois dimensions sur laquelle il laisse reposer son poids.

 

 

" Or, la forme du cube taillé et retourné est la pyramide. La pyramide est donc la forme symbolique de l'Homme-dieu qui révèle sa nature divine et désintéressée et réalise pleinement Dieu sur terre. Le salut de la terre, la spiritualisation de la matière s'accomplit dans la personne de l'homme-dieu. Le Soi divin, le créateur, est majestueusement assis sur son trône et règne sur la matière, sur le corps.

 

pyramide_lignes

 

 

homme_carr__d_Hildegarde_de_Bingen


 l'homme microcosme d'Hildegarde de Bingen

 

 

 

Anokh_Ankh_la_Vie_t_Je_Suis

Ankh la croix de Vie

Enseignement de Yeshoua : "Je SUIS la Résurrection et la Vie "

 

 

 

 " Par contre, la représentation symbolique de l'homme matériel qui n'emploie son intellect qu'au service de son être physique est formée par la croix que composent les surfaces du cube. C'est sur cette croix, ou sur le T, qu'est crucifié le Soi divin caché.

 

croix_cube

 

homme_Tau

Homme sur le Tau

http://www.katinkahesselink.net/blavatsky/articles/v10/y1888_062.htm

 

Tau_et_serpent

le serpent est ici le symbole de la Chute

 

Dans ces êtres, le divin se voit privé de son autorité, il ne peut pas se manifester, il doit se soumettre aux lois du monde matériel ; il est crucifié sur les deux grandes branches du monde de trois dimensions — sur l'espace et le temps — et il meurt sur cette croix de la matière. Mais sa mort n'est pas définitive ! Car même dans une conscience qui a sombré au niveau le plus bas, le Soi divin-créateur ressuscitera et sauvera celui qui souffre. Dans son ignorance, l'homme matériel crucifie son Soi supérieur, Dieu en lui, et se prépare ainsi toutes sortes de tortures et de tourments ; il devient le criminel crucifié au côté du divin crucifié. Les souffrances le réveillent, sa, conscience supérieure s'éveille et, dans la résurrection de son Soi divin, il vit son propre salut car il se reconnaît en Lui !

 " Les membres de la race divine qui durent fuir aux quatre coins du monde emmenèrent ces symboles et en expliquèrent les vérités cachées à l'humanité. Partout sur la terre, on trouve ces mêmes images dans la pierre, le métal ou dans la terre cuite. On croira que cela représente une personne crucifiée. Bien peu seront ceux qui reconnaîtront le symbole du principe créateur divin crucifié sur les deux branches du temps et de l'espace.

pendule___Salomon_temps_espace

Chrisme, pendule à Salomon

http://chantsdamour.canalblog.com/archives/2009/07/index.html

 

 

 

" Les pyramides resteront là pendant des millénaires encore proclamant aux fils des hommes les vérités suprêmes qui y sont représentées. Ceux qui ont des yeux et des oreilles sauront les trouver et les reconnaître même s'ils ne peuvent en saisir pleinement toutes les lois mathématiques et astronomiques. Quelques hommes très avancés y réussiront néanmoins. Mais pour l'être primitif et tant qu'il n'aura pas résolu sa propre énigme, la pyramide restera un mystère éternel, tel le sphinx.

 

 

" Mais retournons au cube. Il y a un moment, tu as coupé le cube en partant de l'un de ses sommets pour obtenir un plan comprenant toutes les trois dimensions. De cette manière, tu as pu couper quatre coins du cube. Mais, partant des autres sommets, tu pourrais procéder encore à quatre coupes et tu constaterais que le cube ne recèle pas seulement un tétraèdre, mais deux inclus l'un dans l'autre, chacun étant la réplique exacte de l'autre. Ces deux tétraèdres représentent la loi la plus intime du monde visible : la relation inséparable entre les deux moitiés complémentaires, la positive et la négative, qui, l'une dans l'autre, forment un équilibre parfait et qui, comme esprits créateurs, sont assises à la droite et à la gauche de la divinité. Dans la création, elles règnent comme deux lois opposées : La loi de l'esprit et la loi de la matière.

 

deux_t_tra_dres_sceau_de_Salomon

 

" L'esprit est la vie, la matière est la résistance.
" La loi de 1 esprit est
le rayonnement, le don, le désintéressement.
" La loi de la matière est la contraction, le refroidissement, le durcissement.

 

" Seul l'être humain a la faculté d'incarner consciemment ces deux lois. Il est le trait d'union entre les mondes spirituel et matériel. Il peut vivre en même temps sous les lois des deux mondes. Ses pensées, ses paroles et ses actes peuvent rayonner le désintéressement et l'amour universel, il donne. Pourtant, son corps appartient au monde matériel et vit selon ses lois. Toute loi agissant à sa propre place et au moment opportun est divine. Le contraire est satanique.

 

" Aucune création ne serait possible sans la résistance de la matière. Dans la divinité non manifestée, toutes les forces créatrices reposent encore dans l'unité, dans une harmonie et un équilibre parfaits, elles ne représentent qu'un potentiel, que des possibilités de forces. La création commence lorsqu'une force se sépare de l'unité et s'oppose au créateur en qualité de résistance. Le premier-né de Dieu est l'esprit de résistance que le Père projette hors de Lui pour qu'il agisse au cours des temps comme pôle négatif et opposé à Lui, qu'il supporte les fréquences de la création et y résiste afin que la création soit rendue possible. Grâce à ses propriétés de contraction, de durcissement et de refroidissement, cet esprit de résistance, pôle opposé de l'aspect de Dieu qui se manifeste, est la cause originelle de la matière. Cet esprit agit comme la loi de la matière.

 

" Prends une pierre dans ta main : la force qui en fait une pierre et la maintient comme telle est la loi de la résistance qui refroidit, contracte et durcit tout. Tant que cette loi se manifeste dans la matière et comme matière, elle est à sa place, donc divine. Mais la matière morte devient matière animée lorsque l'esprit divin, le Soi, s'habille de matière et devient chair. Le Soi, la vie, pénètre la matière morte et, de la loi de Li matière, naît un esprit vivant : le reflet du Soi divin. Ce reflet, qui n'a pu devenir esprit vivant que parce que Dieu en sa qualité du Soi de toute créature a insufflé sa propre vie dans la matière, est Satan. Satan est donc la loi de la matière devenue vivante par l'esprit divin. Comme la loi de la matière, Satan reste mort en elle jusqu'à ce que l'esprit divin le fasse vivre par sa propre vie.

 

" Lorsque sa conscience s'identifie avec la loi de la matière, que sa pensée, ses paroles et ses actes ne servent pas la loi divine mais celle de la matière, l'homme fait vivre Satan : l'homme devient satanique. Sans l'homme, Satan ne pourrait exister car sans le Soi de l'homme, Satan n'est qu'une force inconsciente, une loi nécessaire de la nature. Satan ne peut devenir vivant que dans la conscience de celui qui manifeste clans l'esprit la loi de la matière, de la chair, qui identifie sa conscience avec sa personne, avec sa nature inférieure, avec les désirs de son corps, avec ses instincts de procréation et de conservation, qui manifeste la force contractante et durcissante de la matière comme caractéristiques spirituelles telles que l'avarice, l'envie, la vanité, la dureté de cœur et de l'âme, l'égoïsme. Aucune créature n'a jamais rencontré Satan en personne car, sans l'homme, Satan ne peut exister. Sans l'homme, Satan reste la loi de la matière. Ce n'est que dans un homme que l'on peut rencontrer Satan vivant ; ce n'est que dans le regard d'un homme que l'on peut reconnaître Satan dans l'expression de ce regard.

Lorsque à la mort d'un tel être, le Soi se retire du corps, Satan redevenu loi de la matière reste dans le cadavre. Il était devenu Satan par la force vitalisante du Soi dans la conscience. Mais la conscience de celui qui s'était identifié avec la loi de la matière et par là était devenu satanique lui-même, meurt avec Satan et reste inconscient après la mort. Satan le prend comme esclave, l'attire à lui dans la matière morte, l'obscurité, l'inconscience.

 

" Par contre, la conscience de l'homme qui s'est identifié avec la loi de l'esprit divin et l'a servie, reste éveillée et alerte après la mort du corps et, libérée des chaînes de l'isolation de la matière, elle se fond dans la lumière éternelle, en Dieu.


 

« Les deux tétraèdres mêlés l'un dans l'autre montrent les deux pôles de la création dans un état d'équilibre parfait. Toute la création, dans le monde de l'agitation et du mouvement, repose sur cet équilibre divin. Il est la loi la plus profonde de toute forme, donc aussi celle de la cristallisation de la matière. Comme tu as pu le constater, la forme originelle de la matière, le cube, est construite autour du tétraèdre divin. Les triangles qui forment le tétraèdre sont identiques aux surfaces reliant les sommets du cube. L'homme a aussi en lui un plan de contact avec son Soi divin. C'est précisément pour cela qu'il ne peut trouver sa nature divine qu'en lui-même, jamais à l'extérieur.

 

hexagramme_couleur

Sceau de David ou hexagramme, symbole du Divin

 

 

 

" Conformément à la loi divine, l'homme qui se tourne vers l'extérieur va se voir emprisonné derrière des barreaux toujours plus épais jusqu'à ce qu'après bien des souffrances et des tourments il trouve enfin le divin. Voyons maintenant les différentes variantes de cristaux qui se forment sur le cube.

 " Prends six formes géométriques ayant la forme d'un toit dont la surface de base correspond à celle du cube ; pose ces six formes sur chacun des carrés du cube de manière à ce que leurs côtés différents soient adjacents.

 

cube_variante__2_

 

 

Tu obtiens ainsi une forme géométrique nommée dodécaèdre et composée de douze pentagones égaux. Ce dodécaèdre porte en lui d'autres lois du long cheminement de la conscience.

 

dod_ca_dre

 

dodecoaedron_anim_

 

 

Voyons maintenant comment se présente la dernière forme possible de cristal de cette série : c'est un icosaèdre composé de vingt triangles équilatéraux. Partant du tétraèdre, quatre formes régulières de cristaux d'égales surfaces peuvent se développer : le tétraèdre, le cube, le dodécaèdre et l'icosaèdre.

 

icosa_dre

 

icosahedron_anim_

 

"Ce n'est que sur les triangles, les carrés et les pentagones que peuvent se développer des formes régulières de cristaux. Du triangle : le tétraèdre, l'octaèdre et l'icosaèdre. Du carré : le cube seulement. Du pentagone : le dodécaèdre.

 

 

" Tu connais toutes ces formes géométriques à l'exception de l'octaèdre. Tu construis un octaèdre en tirant trois lignes de même longueur, chacune dans l'une des trois dimensions - donc en longueur, en largeur et en hauteur - et à un angle de 45°, de manière à ce que le milieu de chaque ligne soit identique. Si tu relies les extrémités des trois lignes, tu obtiens les huit triangles qui forment l'octaèdre. L'octaèdre est donc composé de deux pyramides superposées dont la base est commune à toutes deux, l'une étant renversée.

 

octa_dre

 

octahedron_anim_

 

" Fais très attention maintenant: si nous posons des coupes à égale distance en passant par chaque plan des trois dimensions, nous obtenons d'innombrables octaèdres. Pourtant, ces octaèdres ne remplissent pas l'espace: il reste partout entre les octaèdres - exactement comme à l'intérieur du cube - des tétraèdres qui sont en dehors des surfaces tridimensionnelles. Tu peux diviser l'espace en autant d'octaèdres possibles, infiniment grands ou infiniment petits, tu trouveras toujours les tétraèdres en dehors du plan des trois dimensions.

 

multiples_octa_dres

 

 

" L'espace tridimensionnel repose donc en chacun de ses points sur le tétraèdre divin représentant l'harmonie et l'équilibre absolus.

" C'est ainsi que toute la création manifestée s'appuie en chacun de ses points sur la divinité qui est au-delà de toute manifestation et qui repose en elle-même, non manifestée. Dieu est omniprésent !


 

" Mais revenons aux formes géométriques mêlées les unes dans les autres ou superposées : tétraèdre, cube, dodécaèdre et icosaèdre. Je veux attirer ton attention sur d'autres lois et relations.

" Si nous prenons la moitié du nombre des faces de chaque forme géométrique considérée - tétraèdre, cube, dodécaèdre et icosaèdre - nous obtenons les nombres 2, 3, 6 et 10. Si nous les multiplions entre eux, nous arrivons à 360, le nombre de degrés du cercle.

" Et si nous additionnons ces nombres, nous obtenons 21, le nombre de toutes les jonctions possibles entre les sept facteurs du nombre clé du monde de trois dimensions, le sept ! "

 

21_toutes_les_jonctions_possibles

 

 

Ptahhotep se tait. Je reste là devant Lui, muette, étourdie.

" Tu peux aller, mon enfant, c'est assez pour aujourd'hui. La prochaine fois, nous parlerons des quatre faces de la pyramide. Elles contiennent d'autres vérités encore qui te seront d'une grande utilité si tu veux parvenir à une parfaite connaissance de soi. "
Je m'incline et je sors.

 

Source : Extrait du livre de Elisabeth Haich "Initiation"