Agni_devata

 

20. SATVAM NO AGNE AVAYO BHAVOTI

NEDISTOH ASYA UPASO VUSTOW

AVAYAKSHVANO VARUNAM RADANO

VEEHI MRULIKAM SAHAVO NA YEDHI

 

Oh Seigneur Agni ! Nous te prions de nous protéger. Nous te prions de nous être favorable. Atteins-nous de ton amour et de ta compassion pendant les heures de l’aube lorsque les Rishis t’invoquent par le biais du rituel du feu. Détruis l’impact négatif de Varuna qui cause des variété de maladies. Tu es celui qui octroie les meilleurs présents. Consomme le ghee que nous t’offrons et sois confortable. Nous étendons à toi notre invitation très spéciale chaque matin. Nous te prions d’être assez aimable pour nous atteindre.

 

Commentaire :

Cet hymne fait spécialement allusion au rituel du feu durant les heures de l’aube, le matin. Durant les heures de demi-jour, le Seigneur Agni nous atteint par le biais de la lumière et par les rayons dorés du Soleil. Accomplir un rituel du feu à ce moment là est des plus bénéfiques.

Varuna, le principe cosmique de l’expérience, donne des expériences de béatitude ou de peine en fonction de l’état de connaissance ou d’ignorance de la personne. Les personnes ignorantes, ne sachant pas comment agir, se causent des souffrances à elles-mêmes, dont la maladie est la plus importante. La maladie émerge d’une perturbation des eaux dans le corps. Des pensées et des habitudes impures engendrent des émotions négatives qui perturbent la pureté du sang.

Il en résulte une maladie d’une sorte ou de l’autre. Les eaux augmentent dans le corps. Les cellules du corps absorbent de plus en plus d’eau humidifiant les cellules-feu dans le corps. Le remède est d’invoquer le feu par le biais d’une vie juste, d’une façon de vivre correcte, d’une juste nourriture et d’une respiration correcte. Les personnes qui vénèrent le feu auront la force du Seigneur du Feu pour rectifier le déséquilibre des eaux ainsi que leur impureté.

Par cet hymne, une prière est donc offerte pour acquérir le soutien et la protection nécessaire afin de s’élever.

Source : "Hymnes sur Agni " de K.P. Kumar