beaut_

Pensées quotidiennes

 

Tu es entouré de beauté. Ouvre les yeux, découvre-la, et remercie pour cette beauté. Laisse la beauté te transformer et t'inspirer en ce qu'il y a de plus élevé et de meilleur en toi ! Elle tire le meilleur de toi et t'unit avec le plus haut.

La beauté qui est en toi peut être contenue, alors laisse-la rayonner au-dehors. Emplis ton coeur et ton  esprit de belles pensées, et reflète-Moi, car JE SUIS beauté ! Cherche la beauté  en tout, et lorsque tu regarderas assez profondément et assez longtemps, tu la verras. Elève-toi au-dessus des choses sordides et laides de la vie,car ainsi tu peux  aider à les transformeret à les transmuter. La beauté est dans l'oeil de celui qui regarde, donc tout au fond de toi. Avance en ce jourdéterminé à voir la beauté en tous et en tout, et tu la verras ! L'amour et la beauté vont main dans la main, alors laisse Mon amour universel couler librement en toi et à travers toi, apportant unité et unification.

Source : "Pensées quotidiennes" d'Omraam Mikhaël Aïvanhov

coquillage

Coquillages

J’ai tendu le bras dans l’eau scintillante

Et ramassé sur le sable blanc, sous les vagues,

Des coquillages, déposés sur les plages où, seule,

J’habite un monde limité d’années et de jours.

J’ai tendu le bras le long d’une myriade d’années

Pour ramasser le trésor du fond marin né d’hier et millénaire,

Et tenu dans ma main des formes façonnées le jour de la création.

Bâtissant leur beauté dans les trois dimensions

Par lesquelles le monde s’éloigne de nous,

Et dans la quatrième, qui nous emporte

D’un moment à l’autre, d’une année à l’autre,

Ils demeurent tous dans leur continuel présent.

L’hélice tourne sur elle-même, telle une pensée sans fin,

Instantanée du sommet jusqu’au bord

Comme une danse dont l’image est l’arapède ou le murex, la cyprée ou le vigneau à reflets d’or.

Ils dorment sur le fond marin, toupies bourdonnantes

Dont la musique est l’octave nacrée de l’arc-en-ciel,

Coquillages mélodieux qui murmurent à jamais :

" Le monde où tu vis n’a pas encore été créé. "

Kathleen Raine