lys_rose_blanc

 

Ramtha

 

Le Plan de la Béatitude est, pour ainsi dire, ce lieu doré merveilleux dont je vous ai fait connaître l’existence où, après la mort du corps physique si vous avez la chance d’aller plus loin – certains ne vont pas plus loin, mais si vous avez la chance d’aller plus loin – vous allez alors dans la lumière où vous êtes dépouillés et revoyez toute votre vie depuis votre conception dans la matrice jusqu’au jour de votre mort parce que tout acte, souvenez-vous, est le résultat direct d’une intention consciente, n’est-ce pas ? L’action, en réalité, est l’énergie d’une intention consciente.

Une intention consciente devient donc un concept vivant, viable, par l’action, l’énergie. Lorsque je vous dis que la conscience et l’énergie sont étroitement associées, ceci est une vérité, parce que ce que vous faites est l’acte de ce que vous savez. Ceci est ce que l’on appelle l’acte de faire l’expérience de la réalité.

Toutes ces expériences sont inscrites ici (le réseau neurologique ou « neuronet ») et dans ces bandes qui entourent votre corps. Ces bandes qui entourent votre corps sont gouvernées, si vous voulez, par l’âme. Vous allez apprendre cela ce soir. Lors de la revue dans la lumière, c’est l’âme qui révèle sa connaissance. Autrement dit,

le Livre de Vie est ouvert. Ce Livre étant ouvert, on peut voir ce dont on ne peut parler selon les références du temps; le temps qu’il faut pour voir ceci n’est qu’un bref moment et pourtant c’est un million d’années. Lors de la revue de cette vie ici vécue, vous êtes à la fois l’Observateur, le participant et le récepteur. Ceci est intéressant car cela revient à dire que nous sommes toutes les choses présentes dans notre réalité, y compris toutes les personnes, et que ces personnes et notre affection – ce que l’on appelle en vérité notre magnétisme envers elles – sont des aspects d’eux-mêmes que nous sommes. C’est cela qui constitue le lien que nous avons avec eux. Tout comme les choses existant dans notre réalité sont des réflexions de nous-mêmes, là où nous nous trouvons est une réflexion de notre réalité. Tout ce qui existe autour de nous est donc ainsi l’action dans leur actualisation des pensées que nous entretenons là-haut (le neuronet).

Les êtres humains ont un problème car ils considèrent ceci dans leur vie comme séparé de ce qu’ils font. Ils se perçoivent séparés des choses qui sont présentes dans leur vie. Ils se perçoivent séparés des personnes qui sont présentes dans leur vie. Autrement dit, lorsque quelqu’un dit: « Voilà un individu remarquable, un individu qui est un Dieu souverain », la noblesse qu’il perçoit est semblable à la noblesse qu’il est lui-même. La raison pour laquelle il est présent dans sa vie est qu’il reflète parfaitement et de manière exquise un aspect de lui-même.

La voie royale menant à la perfection est de nettoyer notre vie de toute imperfection et de la remplir de la réflexion la plus élevée que nous souhaitons en nous-mêmes. Agir autrement revient à vivre un mensonge – un mensonge hypocrite – ou bien une vie où nous avons prostitué les aspects les plus nobles de nous-mêmes en faveur du dénominateur commun de la survie, ce qui est assurément le drame humain vécu selon les trois premiers sceaux: l’activité sexuelle, la naissance, la souffrance, le pouvoir et l’état de victime. Si nous nous laissons séduire et vivons ici, ayant réduit notre noblesse, que ce soit un homme ou une femme, il nettoie sa vie et se débarrasse des rebuts, de ce qui est imparfait. Il se débarrasse de la séduction, se débarrasse du mensonge, de l ‘hypocrisie, de son état de victime, de la tyrannie, il se débarrasse de tout cela et ne met dans sa vie – si ce n’est qu’une seule chose étincelante et belle – la chose étincelante et belle qui est le reflet exquis de sa faculté, à son plus haut point, d’actualiser la réalité. Ceci est exactement ce qui est présent là-haut (le neuronet)…

Voyons, pour en revenir à la revue dans la lumière, ce qui est exquis lors de la revue dans la lumière est le fait que – à cause de la manière dont l’âme utilise l’énergie – la comédie n’est pas jouée sur trois dimensions seulement; elle est en réalité jouée sur sept dimensions car nous la voyons depuis le principe divin qui représente chacun des acteurs de la comédie. Nous la voyons depuis l’Observateur, qui est l’Esprit de la comédie. Nous la voyons depuis le point de vue de l’âme, qui représente la personnalité de l’individu avec le sens qu’elle a d’être individuelle. Nous la voyons donc sur chacun de ces plans depuis un niveau sacré. Et votre vie entière commence à passer devant vos yeux.

Toute pensée crée une action. Vous devenez la pensée. Vous, en tant que personnalité, ressentez l’action. Mais ensuite, étant le principe divin, l’Esprit, vous êtes la réaction de cette action dans l’environnement tout entier si bien que vous en faites l’expérience sur chaque niveau. N’est-ce pas là comment nous apprenons véritablement, car nous savons alors l’effet de nos pensées et de nos actions sur les autres, sur d’autres formes de vie ?

Ce processus est douloureux mais le Dieu en nous nous soutient de son amour et maintient en place la vision avec ses multiples facettes en sorte d’éviter que nous ne nous effondrions, ne tombions en pleurs et ne soyions pris au piège de notre individualité à qui il est donné de voir la comédie qu’elle a créée. Elle voit la souffrance qu’elle a créée chez un autre individu, une autre forme de vie. Elle voit la difficulté occasionnée dans l’environnement, créée pour des raisons égoistes, voulant être reconnue en tant qu’individu. Elle voit son pouvoir et la manière dont ce pouvoir tord et plie les choses. Mais ce Dieu, dans son amour, maintient côte à côte toutes les perspectives. Durant cette revue, il maintient l’intégrité de l’Esprit, l’intégrité de l’âme – qui représente la personnalité dans cette revue – et le Dieu; ils restent tous ensemble.

Ainsi, à un moment donné, nous tombons en larmes, pouvant à peine supporter la vue qui nous est présentée. Mais l’amour de Dieu qui est toutes choses nous submerge alors, nous donnant la force de continuer la revue suivant ses différentes perspectives. Sans cela, vous ne pourriez jamais aller jusqu’au bout; il suffit que vous ayez créé un intense regret dans cette vie-ci. Il va être difficile, lors de la revue dans la lumière, de voir quelles ont été vos intentions envers les autres, l’environnement et les formes de vie. Ultimement, qui en supporte les conséquences ? Vous-mêmes. Cela vous est tous arrivé, et cela va vous arriver de nouveau…

Certains, dans leur fanatisme, prostituent l’enseignement de RAMTHA, ce qui est fort fâcheux. Ils professent une philosophie qui n’a pas été vécue dans la réalité, excepté à un degré où elle leur servait personnellement. Combien d’entre vous comprennent cela ? Si cela sert la personne, c’est vécu dans la réalité. Sinon, cela demeure une philosophie. Autrement dit, certaines personnes jouent parfois avec la spiritualité lorsque cela est à leur avantage. Cela leur sert, mais ce n’est pas un élément stable de leur vie comme l’est le pain dont ils se rassasient dans leur vie. Leur compréhension demande à être élargie. Dans la lumière, nous commençons à percevoir à quel point nos intentions ont profondément affecté tout le monde et, si nous avons de quelconques motivations secrètes dans une quelconque de nos actions, de quelle manière ces motivations secrètes sont le crime à la fois sous-jacent et dominant.

La motivation secrète – secrète, la motivation réelle derrière l’action c’est sur cela que nous sommes jugés. Nous ne sommes jamais jugés sur la surface; nous sommes jugés et pesés selon nos motivations secrètes – celles qui sont secrètes. Ceci est la raison pour laquelle j’insiste tellement pour que mes étudiants soient impeccables. N’ayez pas de motivations secrètes. Si vous en avez, débarrassez-vous de l’emballage et regardez-les. C’est cela que nous devons affiner, les motivations secrètes derrière nos actions et non pas l’emballage. Être impeccable, c’est vivre depuis ce lieu secret car c’est lui qui est le moteur derrière tout ce que nous faisons.

Cela est-il commun ? Eh bien, en voici un exemple commun: vous êtes gentil avec quelqu’un, exceptionnellement gentil alors que votre intention n’est pas la gentillesse en elle-même; il lui est attaché une motivation secrète. Vous avez tous fait cela et la motivation secrète est que vous voulez obtenir quelque chose de cette personne. Vous voulez obtenir quelque chose, que ce soit une relation à quelque niveau que ce soit ou quelque chose à proprement parler. Habituellement, la motivation secrète est ce que vous voulez et la gentillesse est le véhicule qui va vous l’apporter. Combien d’entre vous comprennent ? Vraiment ? Vous comprenez donc tous maintenant ce qu’est une motivation secrète, n’est-ce pas ?

C’est la motivation secrète en nous que nous devons affiner; nous devons l’affiner, et le faire sans émotion. Autrement dit, elle a déjà un attachement émotionnel qui lui est associé. Devenir son émotion revient à le redevenir de nouveau. Nous devons l’affiner en dehors des gens, lieux, choses, temps et événements. Si nous faisons cela ainsi, vous avons changé la substance de notre être. Nous sommes devenues une personne impeccable. Nous agissons exactement comme le dit notre motivation secrète. Nous sommes notre motivation secrète. Les signaux envoyés ne sont pas confus. Nous sommes ce que nous sommes.

Ce qui rend la revue dans la lumière compliquée est que la motivation secrète – la motivation secrète – est ce dont nous allons faire l’expérience en tant que personnalité. Ce dont nous faisons l’expérience en tant qu’objet de notre motivation secrète est la tromperie, la tromperie étant cette intention non impeccable.

Comprenez-vous ? Combien d’entre vous comprennent ? Autrement dit, il nous est donné d’être la personne envers laquelle nous avons été gentils: nous nous trouvons contraint à donner quelque chose, nous nous sentons utilisé, trahi comme un pion sur un échiquier. Alors que nous avons donné de nous-même par pure gentillesse, nous nous sommes rendu compte que nous avons été manipulés comme un pion en vue d’obtenir quelque chose de nous, que la gentillesse n’était pas authentique. Combien d’entre vous comprennent ? Comment se fait-il que vous compreniez cela ? Parce que nombre d’entre vous se sont trouvés du côté de celui qui a reçu d’une personne non sincère qui vous a donné ce que vous vouliez afin d’obtenir quelque chose de vous.

On peut parler de cela en termes très élémentaires et mentionner alors le pouvoir des femmes sur les hommes. Les femmes possèdent un pouvoir absolu sur les hommes parce qu’elles règnent sur la sexualité des hommes. Ceci est un fait, ne vous y trompez pas. Ceci est vrai et là est leur pouvoir. Est-ce de l’amour ? Non, c’est de la séduction.

La séduction, qu’est-ce que c’est ? Une motivation secrète pour quelque chose d’autre; l’activité est donnée en tant que pouvoir pour soumettre l’énergie masculine à une force dominante qui a un plan tout à fait différent. C’est en ce domaine que nous voyons ce phénomène dans sa forme la plus nue, la plus animale, là où nous en voyons l’abus: nous voyons là d’un côté l’ignorance de l’homme – l’ignorance et la stupidité de l’homme envers ses attributs sexuels – au point où, à vrai dire, son cerveau se trouve dans son pénis et de l’autre un opérateur puissant et adroit, une femme fatale et, dans la lumière, nous sommes tout cela, nous savons ce que c’est lorsque quelqu’un profite de nous.

Vous voyez, on peut appliquer cela au niveau de la souffrance et de la douleur – la souffrance et la douleur. Quelqu’un qui souffre a le pouvoir sur quelqu’un en bonne santé. Quelqu’un qui démontre un certain pouvoir – une personne qui s’exprime avec facilité, avec pouvoir – est responsable de personnes moins fortes. Ceci explique pourquoi nous avons des principautés et des royautés, des états, des pays et des communautés locales. Les hommes politiques représentent le pouvoir sur les gens. Lorsque l’on parle des hommes et des femmes, il s’agit de la même chose.

Source : Extraits de son livre " Le mystère de la naissance et de la mort: le soi redéfini"