E'had: "Médite à Sion" sur l'Unité

אֶחָד

 

"L'UN est le fond de la multiplicité; et les choses n'ont pas d'existence en dehors de l'Un."

Azriel de Gérone

  big-bang

 

L'Unité, La Lettre et Le Nombre

Rappel Important: en hébreu, les Lettres sont des Nombres et les Nombres sont des Lettres.

    

L'Unité: E'had

אֶחָדde droite à gauche: Alef (1) + H'eit (8) + Dalèt (4) = 13.

L'Unité = 13, ce qui est au premier abord, un peu déroutant.

    

L'Unité et l'Amour = Dieu

 

Un autre mot possède la même valeur numérique (13) et la même puissance symbolique : c'est l'Amour; Ahava : אַהֲבָה ; Alef (1) + Hé (5) + Beit(2) + Hé:(5) = 13.

L'Unité et l'Amour forme le Tétragramme de valeur 26

(Yod:10 - Hé:5 - Vav:6 -Hé:5).

yod-hé-vav-hé

 

L'Unité et l'Amour = Dieu

 

La lettre Alef, lettre de l'Unité

" Et avant Un, que comptes-tu ? " Sefer Yetsira

 alef

 Calligraphie de Frank Lalou

 

Curieusement ces deux mots portent tout deux en première lettre, La Lettre de l'Unité: Alef, la Première Lettre de l'Alef-Beit de valeur numérique 1.

L'Ecriture entière du mot Alef : Alef (1) + Lamed (30) + Phé (80) assure cette triple Unité du Un, en effet 1+30+80= 111.

aleph

111 correspond à la valeur numérique de l'expression "E'had hou Elohim" ce qui signifie "Un est Elohim".

Phonétiquement parlant, c'est une lettre muette (la seule voyelle de l'Alef-Beit) qui donnera un son différent selon la ponctuation (points massorètes) qu'on y ajoutera. Elle indique le silence qui précède toute création.  Avant la parole, il y a le souffle (ou le silence) qui va émettre la lettre, le son. L’air (1) est le support, la trame nécessaire à la propagation du son. Sans air, dans le vide aucun son ne circule.

 (1) L'alef est l'une des trois lettres mères de l’alphabet hébreu et symbolise l’air.

 

Le Bahir nous enseigne

 « Pourquoi aleph est-elle placée en tête ? » C’est parce qu’elle a précédé tout, même la Torah. Aleph est le point de départ de Tout. Avant la création il y avait une unité qui a accepté de se diviser pour créer.

Pour mieux expliquer cela, il faut tenir en compte qu'en Hébreu Biblique, le zéro n'existe pas. Un, Dix, Cent signifie cette même Unité mais à des degrés de compréhension différent. D'après la Tradition Hébraïque éclairée par la Kabbale Hébraïque, "au commencement était le point", symbolisé par la lettre Yod de valeur 10, le Zéro n'existant pas, on parle de la même Unité.

yod

Partant de ce Principe élementaire et en observant la graphie de la lettre Alef, on observe un Yod à l'endroit et un Yod à l'envers séparé par la barre transversale (Vav). La Lettre Alef annonce la division dans un but de Création, annonçant ainsi les Prémices de la Création (Bereshit) amené par la deuxième lettre: le Beit.

a1a2a3a4

 

bereshit

 

De plus, si nous prenons la valeur numérique des deux Yod ( de valeur numérique 10) soit 10 x 2 = 20 et celle de la barre transversale: Vav (de valeur numérique: 6), ce qui nous ramène à la somme 26:  le Nombre du Tétragramme Sacré béni soit-Il. Ce qui confirme encore une fois ce Principe d'Unité et d'Amour autour du Créateur du Tout.

    

Jour Un: Yom E'had

1. ENTÊTE Elohîm créait les ciels et la terre,

2. la terre était tohu-et-bohu, une ténèbre sur les faces de l’abîme, mais le souffle d’Elohîm planait sur les faces des eaux.

3. Elohîm dit: « Une lumière sera. » Et c’est une lumière.

4. Elohîm voit la lumière: quel bien ! Elohîm sépare la lumière de la ténèbre.

5. Elohîm crie à la lumière: « Jour. » A la ténèbre il avait crié: « Nuit. » Et c’est un soir et c’est un matin: Jour Un (Yom E'had: יוֹם אֶחָד). Berechit 1:5  

éclipse

 

Commentaire de Rashi

"Jour un (yom è‘had) La symétrie du texte aurait exigé qu’il fût écrit : yom richon (« premier jour »), comme pour les autres jours où il est écrit : « deuxième », « troisième », « quatrième »... Pourquoi est-il écrit : « jour un » ? Parce que le Saint béni soit-Il était seul dans Son univers, le Midrach raba indiquant que les anges ont été créés le deuxième jour, [de sorte que « jour un » doit se comprendre : « jour de l’Unique »]."

Il est intéressant de constater qu'au Jour Un de la Création, le D. Un, le Saint béni soit-Il sépare deux principes qui ont été sans doute mal compris au fil du temps: l'Obscurité et la Lumière. Vaste dualité entre "le Bien" et le "Mal" et tout le symbolisme qui en découle.

  

Souvenons nous simplement de quelques mots de la Torah pour revenir à E'had:

"Pour qu’ils le sachent de l’orient du soleil et de l’occident: non, rien sauf moi, moi, Hachem-Adonaï, et nul autre,  Le formateur de la lumière, le créateur de la ténèbre,le faiseur de la paix, le créateur du mal. Moi, Hachem-Adonaï, l’auteur de tout cela !" (Esaïe 45:6-7)  

 

" Au niveau où nous parlons, le degré du secret (sod), tout est Un. Tout ce qui va de l'En Haut vers l'En Bas va de l'En Bas vers l'En Haut.

Il n y a pas de séparation.

L'oubli que tout est Un produit l'illusion de la séparation.

Cette "distraction" est le commencement de l'égarement."

 

Pour les Kabbalistes, le Saint béni soit-Il est l’Unité Ultime et toute la face divine de Notre Monde scelle le Sceau de Son Unité.  

Le Mal, comme on l'entend, est une distorsion de cette Unité. Il est le voile de la division dans lequel le Saint béni soit-Il a enveloppé Sa Création.

  

Ce petit article nous permettra peut-être d'aborder avec plus de profondeur, l'Essence du Chema Israël.

שְׁמַע, יִשְׂרָאֵל: יְהוָה אֱלֹהֵינוּ, יְהוָה אֶחָד.

Chmâ, Israël, Ado-nay Elo-henou, Ado-naï E'had

Écoute, Israël, l'Éternel, notre Dieu, l'Éternel est UN.

Deutéronome 6:4

  homme

Emet E'had ! Selah

 

Source : La Torah commentée par Rashi - L'alphabet hébreu et ses symboles de G.Lahy (Virya) - Les Mystères de la Kabbale de M.A Ouaknin - Le Kabbaliste de Patrick Levy